This post is also available in: Català (Catalan) Español (Spanish)

The Commons Model

“…amidst so much destruction, another world is growing, just as grass grows between the cracks in the urban pavement, challenging the hegemony of capital and the state and affirming our interdependence and our capacity to cooperate”.
Federici, Silvia (2020) Re-enchanting the world. Feminism and the politics of the commons

Alongside the market and the state, there is a third model of social and economic organisation, the commons. In addition to the numerous cases of traditional commons production, reproduction and management that have been sustained over the years, technological, urban and cultural projects, some of which use free and open licences, with distributed and democratic models of production, reproduction, management and decision-making, have been launched in recent decades. These projects are different from each other, but share certain principles and qualities.

The commons is a model of social organisation that resolves needs and social relations collectively through self-management and co-production, appropriating the necessary material and immaterial resources sustainably, without depleting them or putting them at risk. A commons implies the articulation of a community that takes joint responsibilities and decisions, that produces collectively with its labour force, that provides itself with agreed rules and, when necessary, with shared goods.

It is increasingly clear to more and more people that the model based on maximising private profit has failed, that it is unviable and unsustainable for society and for the planet. This model, which still prevails, is leading us into a social crisis and an unprecedented climate emergency. Faced with this situation, we find in the commons model a way to reorganise ourselves in order to articulate sustainable alternatives. A model that can be complementary to other models of democratic organisation, ecological sustainability and solidarity economy.

Forms of commons are very old in human societies, appearing in different situations and, especially, in situations of emergency or catastrophe. Some traditional commons were eradicated in Europe in the 18th and 19th centuries with the closing of fields or the “amortización” (disentailments) in Spain, giving rise to capitalist accumulation and the industrial revolution. The eradication or marginalisation of the commons was widespread in the new territories colonised by the emerging European empires and states. The response was manifold: resistance conflicts to defend the threatened commons, resistance to colonisation and slavery, and the response of proletarianised peasants (in some cases former commoners or their descendants) through workers’ associations and cooperativism. This process is not over, models of commons self-management are, even now, being closed down or privatised through mining, agricultural deforestation or technological giants. But the commons, resources and processes (collective wealth, nature, civil infrastructure, cultural works, traditions, knowledge, …), are present in our environment, and to preserve them (from a social and environmental perspective), today we can also look for answers in the self-organisation of people, in associationism and in the revitalisation and reinvention of cooperativism, such as that proposed by open cooperativism.

Environmentalism has taught us the importance of interconnected ecosystems, it has challenged the anthropocentric imaginary by placing the human species as just another species, which at the same time has a responsibility for its impact. The commons approach emphasises stewardship rather than ownership and the importance of sustainability in passing on resources and the ecological environment to future generations.

The emergence of commons models has been identified in free software (Linux, LibreOffice, etc.) and also in other initiatives, for example the Zaatari refugee camp in Jordan or the Guifi.net community internet network, the sharing of seeds in India, the protection of potato species with genetic value in Peru (Potato Park) or CouchSurfing (offering to sleep on a sofa to travellers).

“Let’s be clear: the commons is not a utopian fantasy. It is something that is happening right now. We can see it in countless towns and cities, in the global South and the industrial North, in open source software communities and in worldwide cyber networks”.
Helfrich, Silke; Bollier, David (2020) Free, fair and alive: el poder subversivo de los comunes

But the principles of the commons begin at home, the domestic sphere is the main space for social reproduction and its sustainability.

And in this sense there is a confluence between the commons model and feminism, which reinterprets and transforms it, highlighting the importance of reproductive work that is invisible in the market model, where any form of work that cannot be transacted, however necessary it may be, is not considered. The feminist perspective makes visible everything that makes the sustainability of a community project possible.

“Commoning begins in the family. The kitchen, where production and reproduction meet and the energies of the day are negotiated between genders and between generations. It is where transcendental decisions are made for the first time in the distribution of tasks, in the distribution of products, in the creation of desire and in the maintenance of health”.
Linebaugh, Peter (2010) Some Principles of the Commons. Counterpunch

In order to work on the sustainability of commons projects, over the last few years we have developed a model that aims to be a working tool for collectives that want to articulate solutions to community challenges.

Commons sustainability model

A sustainability model is a modelled definition of how a project works or is proposed to work. Key elements are: the value proposition – products or services -, what is done, for which user profiles, how resources are mobilised, the organisational and financing model and other elements oriented to the sustainability of the project.

The 5 pillar model of sustainability has been defined to work on these aspects in initiatives and projects that solve needs or articulate social relations based on self-organisation, self-production, collaboration and collective self-management. They can be projects for the self-sufficiency of resources and services, the collective management of common goods, the organisation of social relations or the collaborative production of material or immaterial goods that are made openly available to those who need them.

It is a conceptual model that considers 5 interconnected dimensions in a commons project. The model uses a visual scheme that helps us to situate these relationships, and different variants of the scheme are used for more depth.


For a commons project to be sustainable, a solution must be found that maintains the fragile balance between the motivations of the different participants: the challenge lies in federating initiatives and finding the right amount of social mass, the motivation of a diverse group of people who self-govern, use, manage and contribute (in the p2p production and/or intercooperation model) to important parts of the project, with a common vision, mission and values and with an aligned knowledge sharing policy. Thus, a balance between the five pillars must be ensured.


Community pillar. At the heart of the 5 Pillars model is the community of people who produce, care for, and use a particular commons that they share. It is articulated through mechanisms, tools and rules that regulate its functioning. Social, Solidarity, Cooperative Economy (SSCE) projects and digital, urban or knowledge commons often involve large and diverse communities. They depend on processes in which participation is key, they propose models of distributed governance and the people who participate in them want to influence their environment, consciously and collectively. Communication, deliberation and decision-making are significant factors to consider.


Pillar of resources to be mobilised. This deals with the mobilisation of resources necessary for the existence of the project, material or immaterial, which are not labour force. They can be provided by members of the community articulated around the project, or come from outside it. This can occur according to different models of economic relations (free disposal, donation, loan, exchange, inter-cooperation, social market, capitalist market). They can be natural resources, monetary, financial, disused materials that are reintegrated into the economic circuit, written or audiovisual content, computer software, among others. And, of course, they can serve to remunerate and/or compensate the workforce.


Co-production Pillar. It focuses on the workforce, the production relations that are established, how production is organised and the motivations of the people involved. It speaks of collective self-production: production is done within a community by its own members, to solve their own needs and challenges. Furthermore, it is necessary to understand which individuals, collectives and organisations make up this community and how they relate to each other; whether part of this production is done outside the community or in other communities with which relationships are established, and whether the production responds only to one’s own needs or whether it is done in the open and everyone can benefit from it. It looks at all the human labour force, paid or voluntary, that needs to be mobilised, coordinated and put into collaboration.


Co-governance pillar. Identifies the societal tools and mechanisms available to enable the participation of the project’s promoter, executor and/or target community in decision-making in a horizontal, democratic and distributed manner. What are the policies for joining a project, how to become a member of the community or entity, how to mobilise the necessary resources, what return and profitability commitments there are, and how to agree and execute the distribution of the value generated among the contributors.


Sharing pillar. How to share knowledge, skills and even immaterial or material production can be key for a commons project to be sustainably reproduced and also to be replicated or adapted. It is concerned with having mechanisms for communicating within the community how things are done (documentation, internal training, shared learning); open sharing through public licences, publication of source files, open data and collaboration with replication.

Model of the 5 pillars of sustainability of the commons (in catalan) by Wouter Tebbens, David Gómez and Mònica Garriga (translated into English): Chapter XVIII Sharing Cities . Dimmons Research Group. 2019

 

 

Introduction aux communs

Aux côtés du marché et de l’État, il existe un troisième modèle d’organisation sociale et économique, les communs. Outre les nombreux cas de production, de reproduction et de gestion de biens communs traditionnels qui se sont maintenus au fil des ans, des projets technologiques, urbains et culturels, dont certains utilisent des licences libres et ouvertes, avec des modèles distribués et démocratiques de production, de reproduction, de gestion et de prise de décision, ont été lancés au cours des dernières décennies. Ces projets sont différents les uns des autres, mais partagent certains principes et qualités.

Les communs sont un modèle d’organisation sociale qui résout collectivement les besoins et les relations sociales par l’autogestion et la coproduction, en prenant en charge les ressources nécessaires de manière durable, sans les épuiser ni les mettre en danger. Un commun implique l’articulation d’une communauté qui assume des responsabilités et des décisions communes, qui produit collectivement avec sa force de travail, qui se dote de règles convenues et, le cas échéant, de biens partagés. Les ressources (les biens communs) concernées peuvent être matérielles et immatérielles, naturelles ou produites par l’activité humaine.

Il est de plus en plus évident pour un nombre croissant de personnes que le modèle basé sur la maximisation du profit privé a échoué, qu’il n’est pas viable et non soutenable pour la société et pour la planète. Ce modèle, qui prévaut encore, nous conduit à une crise sociale et à une urgence climatique sans précédent. Face à cette situation, nous trouvons dans la matrice des communs un moyen de nous réorganiser afin d’articuler des alternatives durables. Cette matrice peut être complémentaire à d’autres modèles d’organisation démocratique, de soutenabilité écologique et d’économie solidaire.

Les communs ont des origines très anciennes dans les sociétés humaines, apparaissant dans différentes situations et, en particulier, dans les situations d’urgence ou de catastrophe. Certains communs traditionnels ont été éradiqués en Europe aux 18e et 19e siècles avec la fermeture des champs, donnant lieu à l’accumulation capitaliste et à la révolution industrielle. L’éradication ou la marginalisation des communs s’est étendue aux nouveaux territoires que les empires et États européens émergents colonisaient. La réponse a été multiple : conflits de résistance pour défendre les communs menacés, résistance à la colonisation et à l’esclavage, et réponse des paysans prolétarisés (dans certains cas, d’anciens commoners ou leurs descendants) à travers les associations de travailleurs et le coopérativisme. Ce processus n’est pas terminé, la gestion des biens communs est, aujourd’hui encore, fermés ou privatisés par l’exploitation minière, la déforestation agricole ou les géants technologiques. Mais les biens communs, ressources (richesses collectives, naturelles, infrastructures civiles, œuvres culturelles, traditions, connaissances,…), sont présents dans notre environnement, et pour les préserver (d’un point de vue social et environnemental), aujourd’hui nous pouvons également chercher des réponses dans l’auto-organisation des personnes, l’associationnisme et dans la revitalisation et la réinvention du coopérativisme ouvert (open cooperativism).

L’écologie nous a appris l’importance des écosystèmes interconnectés, elle a remis en cause l’imaginaire anthropocentrique en plaçant l’espèce humaine comme une espèce comme les autres, qui a en même temps une responsabilité pour son impact. Le point de vue des communs met l’accent sur l’intendance plutôt que sur la propriété et sur l’importance de la soutenabilité dans la transmission des ressources et de l’environnement écologique aux générations futures.

Les communs sont renouvelés par la culture libriste, les logiciels (Linux, LibreOffice, etc.) mais aussi d’autres initiatives aussi diverses que le réseau internet communautaire Guifi.net, le partage des semences en Inde, la protection des espèces de pommes de terre à valeur génétique au Pérou (Potato Park) ou comme le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie ou le CouchSurfing (offrir à des voyageurs de dormir sur son canapé).

« Soyons clairs : les communs ne sont pas une utopie. C’est quelque chose qui se passe en ce moment même. Nous pouvons le voir dans d’innombrables villes, dans le Sud et le Nord industriel, dans les communautés de logiciels libres et les cyber-réseaux mondiaux. »

Helfrich, Silke ; Bollier, David (2020) Free, fair and alive : the insurgent power of the commons.

Les principes des communs s’acquièrent dans la sphère domestique qui est un des espaces essentiel de la reproduction sociale et de sa durabilité. En ce sens, il existe une confluence entre les communs et l’économie féministe, qui les réinterprète et les transforme, en soulignant l’importance du travail reproductif invisible dans le modèle du marché. La perspective féministe met en lumière tout ce qui rend possible et durable un projet communautaire.

La mise en commun (« commoning ») commence dans la famille. La cuisine, où la production et la reproduction se rencontrent et où les énergies de la journée sont négociées entre les genres et les générations. C’est là que sont prises les premières décisions capitales concernant la division du travail, la distribution des produits, la création du désir et le maintien de la santé.

Linebaugh, Peter (2010) Some Principles of the Commons. Counterpunch.

Faire place aux communs

Aujourd’hui, les communs constituent une matrice dans laquelle se reconnaissent les acteurs engagés dans des initiatives et des projets qui cherchent à préserver ou produire des ressources, résoudre des besoins collectifs, en tissant des relations sociales respectueuses des personnes et de la nature. Ces acteurs s’organisent collectivement à travers des mécanismes d’autogestion et d’autoproduction et de collaboration à différentes échelles. Avec leurs communautés ils visent une forme de production collaborative de biens matériels ou immatériels qui seront mis à la disposition de ceux qui en ont besoin selon des règles à définir ensemble. Dans ces communs, le défi consiste souvent à articuler les personnes et les organisations aux motivations diverses pour qu’elles utilisent, gèrent et contribuent par une approche de production p2p et/ou d’inter-coopération, à une mission orientée par des valeurs partagées. Il s’agit de rechercher le moyen pratique de convenir de l’usage d’une ressource partagée ou d’articuler un réseau relationnel d’entraide.

De tels processus s’appliquent en de multiples domaines, comme par exemple l’alimentation, l’eau, la santé, les filières agricoles, l’innovation technique, … et aux différentes échelles territoriales. Ils sont d’une grande complexité car l’auto-organisation repose sur la qualité des relations humaines qui se tissent dans la pratique, mais aussi sur des mécanismes économiques et juridiques à co-construire, et la reconnaissance des valeurs partagées. Faire naître ces mécanismes de gouvernance en commun demande du temps. Cela requiert aussi l’appropriation d’outils et de méthodes qui permettent de saisir et mobiliser l’expérience vécue dans les communs pour en faire une connaissance et une culture commune.

Pour qu’un tel travail puisse se réaliser, il est aussi nécessaire de concevoir un cadre accueillant qui prend la forme d’un processus d’accompagnement ou animation adapté à chaque contexte singulier et aux objectifs des participants que sont les porteurs de projets, les institutions publiques, les acteurs de la société civile (économiques, ESS, innovateurs sociaux, ….etc).

Leur donner de la puissance

Pour répondre à ce besoin, nous avons développé au cours des dernières années un outil et une démarche pour accompagner les collectifs qui cherchent à proposer des solutions aux défis de leurs territoires.

Nous nous appuyons sur un modèle conceptuel qui représente 5 dimensions interconnectées la mise en commun (5 piliers). Il modélise la façon dont un projet fonctionne ou souhaite fonctionner. Il utilise un schéma visuel, le Modèle de soutenabilité des communs qui nous aide à situer et qualifier les communs au regard de ces 5 dimensions.

Ce schéma est un support pour mobiliser un ensemble d’outils méthodologiques, juridiques, économiques, issus des sciences sociales et de l’expérience cumulée de la matrice des communs au cours des dernières décennies. Ces outils permettent d’aller plus loin, d’analyser ce qui existe et de développer les potentiels des initiatives en fonction de leurs contextes et environnements.

En travaillant ensemble avec de tels outils sur un même territoire ou bien dans un même domaine, les acteurs peuvent développer des coopérations nouvelles et mieux prendre en charge l’objet de leur projet.

Pilier communautaire. Au cœur du modèle se trouve la communauté des personnes qui produisent, gèrent et utilisent un élément commun particulier qu’elles partagent. Elle s’articule à travers des mécanismes, des outils et des règles qui permettent de réguler son fonctionnement. Les projets d’économie sociale, solidaire et coopérative (ESSC) et les biens communs numériques, urbains ou de la connaissance impliquent souvent des communautés importantes et diverses. Ils dépendent de processus dans lesquels la participation est essentielle, ils proposent des modèles de gouvernance distribuée et les personnes qui y participent veulent influencer leur environnement, consciemment et collectivement. La communication, la délibération et la prise de décision sont des facteurs importants à prendre en compte.

Pilier de mobilisation des ressources. Il s’agit de la mobilisation des ressources nécessaires à l’existence du projet, matérielles ou immatérielles, qui ne sont pas des forces de travail. Ils peuvent être fournis par les membres de la communauté articulée autour du projet ou venir de l’extérieur. Cela peut se faire selon différents modèles de relations économiques (cession gratuite, don, prêt, échange, intercoopération, marché social, marché capitaliste). Il peut s’agir de ressources naturelles, monétaires, financières, de matériaux désaffectés qui sont réintégrés dans le circuit économique, de contenus écrits ou audiovisuels, de logiciels informatiques, entre autres. Et, bien sûr, ils peuvent servir à rémunérer et/ou à compenser la main-d’œuvre.

Pilier de coproduction. Il se concentre sur la main-d’œuvre, sur les relations de production qui sont établies, sur la façon dont la production est organisée et sur les motivations des personnes qui y participent. Elle parle d’autoproduction collective : la production est réalisée au sein d’une communauté par ses propres membres, pour répondre à leurs propres besoins et défis. Il est nécessaire de comprendre quels sont les individus, les collectifs et les organisations qui composent cette communauté et comment ils sont liés les uns aux autres ; si une partie de cette production est réalisée en dehors de la communauté ou dans d’autres communautés avec lesquelles des relations sont établies, et si la production répond uniquement à ses propres besoins ou si elle est réalisée au grand jour et que tout le monde peut en bénéficier. Il s’agit de toute la force de travail humaine, rémunérée ou volontaire, qui doit être mobilisée, coordonnée et mise en collaboration.

Pilier de la co-gouvernance. Il identifie les outils et mécanismes sociétaux disponibles pour permettre la participation de la communauté motrice, exécutante et/ou cible du projet à la prise de décision de manière horizontale, démocratique et distribuée. Quelles sont les politiques d’adhésion à un projet, comment devenir membre de la communauté ou de l’entité, comment mobiliser les ressources nécessaires, quels sont les engagements de retour et de rentabilité, et comment convenir et exécuter la répartition de la valeur générée entre les contributeurs.

Pilier de partage. La manière de partager les connaissances, les compétences et même la production immatérielle ou matérielle peut être la clé pour qu’un projet de biens communs soit reproduit de manière durable et pour qu’il puisse être répliqué ou adapté. Il s’agit de disposer de mécanismes permettant de transmettre, au sein de la communauté, la manière dont les choses sont faites (documentation, formation interne, apprentissage partagé) ; le partage ouvert par le biais de licences publiques, la publication des fichiers sources, les données ouvertes et la collaboration avec la réplication.

Travail dérivé de : Matériaux de La Comunificadora 4 (femProcomuns et LabCoop, 2019-20) l CCBYSA 3.0-es Matériel pour les cours de coopérativisme de plateforme (femProcomuns-Dimmons-Free Knovledge institute, 2018). CCBYSA 3.0-es Traduction et adaptation en français 2022. CCBYSA 3.0-fr.

Auteurs: David Gómez Fontanills, Mònica Garriga Miret, Guernica Facundo Vericat, Wouter Tebbens, Pere Ribas, David Jacovkis Halperin, Jordi Framis Maimi, Frédéric Sultan Traduction en Français: Coordonné par femProcomuns et Remix the commons dans le cadre d’Écosystèmes des Communs. Traduction en français 2022. CCBYSA 3.0-fr. Version:0.1.1 FR | 06/2022